Qu’est-ce qu’ESO?

Le but epistémologique, objectifs et méthode

Le projet « Europäische Sprachkritik Online (ESO)»  (en français: « Sprachkritik européenne en ligne ») vise à saisir la pratique de la réflexion linguistique parmi les langues européennes et à analyser cette réflexion de manière comparative afin de poser la première pierre d’une écriture d’une Sprachkritik européenne.

La Sprachkritik (traduction approximative en français: critique de la langue) se manifeste et devient analysable lorsque nous passons à l’acte de parler et de la langue et de son usage. A supposer que la langue soit un indicateur pour les mentalités individuelles et collectives et les comportements d’une culture linguistique spécifique, la Sprachkritik pratique une analyse en focalisant sur les points communs et les différences des identités en Europe. L’élaboration d’une perspective européenne et ainsi comparative en ce qui concerne les différentes cultures se trouve au centre du projet.

Le terme de « Sprachkritik » est originaire de la philologie allemande, la réflexion critique de la langue n’est cependant pas uniquement effectuée en ce qui concerne la langue allemande. Voici pourquoi nous explorons la Sprachkritik à l’exemple de cinq langues comme point de départ- l’allemand, l’anglais, le français, l’italien et le croate.

Les résultats seront mis à la disposition d’un public intéressé en matière de linguistique grâce à cette plateforme multilingue et multimodale. A l’aide d’articles portant sur les langues nationales respectives et sur la comparaison des langues, articles disponibles sur cette plateforme en ligne, les lectrices et les lecteurs auront une impression du vaste spectre de la réflexion linguistique et de la Sprachkritik de l’Europe d’hier et d’aujourd’hui.

L’objectif principal d’établir une Sprachkritik européenne en tant que discipline scientifique nationale et internationale, signifie concrètement pour nous:

  1. Développer une Sprachkritik européenne qui se fonde sur les différentes conceptions d’une Sprachkritik parmi les langues nationales, en recueillant des articles avec une thématique de Sprachkritik sous une perspective soit de la langue nationale soit comparative. Ces articles seront présentés sur la plateforme en ligne ainsi que dans notre manuel en ligne.
  2. Ce procédé signifie une mise à jour des discours scientifiques et non-scientifiques portant sur les sujets de Sprachkritik, et ceci pour toutes les philologies impliquées dans le projet.
  3. En se fondant sur cette mise à jour, l’objectif est d’établir les rapports de corrélation entre langue(s) et identité(s) par voie d’analyses différenciées et en s’orientant vers les termes scientifiques, concepts, protagonistes, institutions, écrits et aux sources – en s’orientant, pour ainsi dire, vers tous les aspects dotés d’une fonction clé en ce qui concerne la Sprachkritik.
  4. Les résultats de recherches sont publiés sur une plateforme en ligne multilingue et multimodale, afin de rendre disponible les résultats de recherche à un public universitaire et intéressé à une Sprachkritik en matière de philologies nationales et comparatives. La plateforme en ligne servira en outre (dans le cadre d’une section de travail non-accessible au public) à établir un réseau d’expertes et d’experts (inter-)nationaux. De plus, elle servira à l’échange et à la mise à la disposition de données et résultats de recherche actuels au sein du projet commun (espace de recherche virtuel). Une publication susceptible de servir de référence s’ensuivra sous forme du manuel en ligne.
  5. Le groupe de travail consiste d’une part de chercheurs et chercheuses nationaux et internationaux. D’autre part le projet est conduit par à peu près quinze jeunes chercheurs et chercheuses. Promouvoir et soutenir une nouvelle génération de chercheurs représente une partie intégrale du projet.
  6. La mise en réseau et la coopération – intensifié au niveau international – avec des chercheurs et des chercheuses excellents dans le cadre (jusqu’ici) européen a été et sera toujours constitutifs pour le travail au sein du projet.

La méthode du projet peut être brièvement décrite de la manière suivante: Se fondant sur la recherche portant sur la Sprachkritik en germanistique, une liste de mots clé se référant à la Sprachkritik a été mise au point. Cette liste a constitué le point de départ et la base pour les autres philologies participant au projet. En fonction de cette liste les autres philologies ont recueilli les mots clé pour leur langue. Dans ce contexte, il était primordial que la liste ainsi créée de mots clé anglais, italiens français et croates ne soit pas constituée à partir d’une simple traduction des mots clé allemand, mais que chaque liste capture de manière adéquate les discours de Sprachkritik au sein de chaque culture linguistique nationale. Au cas où une culture linguistique nationale ne disposerait pas d’un terme établi dans la culture linguistique nationale de base, le mot clé a été traduit. Afin de prévenir le problème d’une comparabilité insuffisante, le groupe de recherche a établi des concepts de comparaison d’un ordre supérieur (ce que l’on appelle les concepts intermédiaires). Entre-temps, la liste n’est plus élargie uniquement qu’à partir de l’allemand, mais aussi à partir de l’anglais, du français, de l’italien et du croate. De cette manière, le groupe de recherche tente de tenir compte des différentes manifestations de signifiants et signifiés parmi les cultures linguistiques nationales. Le but est, par conséquent, de présenter une histoire de concepts de la Sprachkritik en Europe avec des sujets intéressants et pertinents à l’échelle européenne. dans le „Manuel en ligne de la Sprachkritik en Europe“ (HESO)  .